Actualités

22/12/2018

CYCLE ! Magazine

Cycle ! Magazine, depuis toujours c’est doré comme un magazine , son nom sonne comme un nom de magazine, mais ce n’est pas un magazine et c’est pour ça qu’il désaltère. Cycle ! magazine est à l’édition ce que Canada Dry est à la boisson.

https://youtu.be/drMT-aNI4Sg

Peut-être faut-il commencer par se poser la question sur la définition d’un magazine. Je croyais qu’un magazine était un rassemblement de publicités entourées ici et là de quelques articles. Ces mêmes articles, comme par un heureux hasard, qui vantent les qualités du produit vu en publicité un peu plus loin. Je croyais cela jusqu’au jour où j’ai découvert des magazines de vélo comme 200 le vélo autrement, ou Cycle ! Magazine.

Ce dernier, j’ai cherché, cherché encore et je n’ai trouvé en tout et pour tout qu’une seule page de publicité. 1 page, c’est tout ! et vu l’annonceur du dernier numéro, je doute qu’ils aient un budget conséquent pour acheter de la pleine page à prix d’or. A noter que Cycle ! Magazine à contrario de 200 le vélo autrement ne présente même pas une petite sélection de la rédaction du matériel qui va bien, qui pourrait être perçu par les esprits chagrins comme du publi-rédactionnel.

Donc soit je dois revoir ma définition de magazine soit Cycle ! Magazine doit réfléchir à se renommer. Ou pas. Parce que tout ceci n’est qu’une question d’appellation et ne change pas grand-chose au fond et à la forme de cette publication.

Je le dis haut et fort, Cycle ! Magazine est une formidable proposition culturelle autour du Vélo.

Culturelle

N’ayons pas peur des mots, puisque l’éditeur de ce magazine, Rossolis pour le nommer, est au départ une maison d’édition. Ils éditent des livres qui évoquent le voyage, la nature, la randonnée. Le vélo aussi. Cycle ! magazine est initialement une publication Italienne, Rossolis propose la version française. Ce n’est pas un copié-collé mais bien une version singulière qui évoque le vélo transalpin parfois, qui parle du vélo en France beaucoup.

Autour du vélo

la ligne éditoriale de Cycle ! magazine est de donner la parole à ceux qui font le Vélo. Qu’ils soient des cyclotouristes, qu’ils soient compétiteurs sur le Crit, qu’ils aiment le gravel, qu’ils soient fabricants. Peu importe, ils donnent la parole à ces acteurs et semblent leur laisser la plume libre, que chacun puisse s’exprimer comme il le souhaite, avec le langage qui lui correspond. A ce titre le dernier numéro qui m’a accompagné dans un vol transatlantique (Paris-Montréal, puisque vous le demandez) est un pur bonheur à lire.

Pour la diversité des sujets proposés avec par exemple un saut en arrière de 50ans, sur le thème de Mai 1968 et le mouvement protestataire et libertaire hollandais PROVO.

Où en résumé, et pour simplifier, quand en France on balance des pavés en Hollande on préfère peindre des vélos en Blanc. C’est beau et ça ne s’invente pas.

Un peu plus loin, Fuego, c’est comme ça qu’il signe son papier, nous décrit son aventure en tant que média pour couvrir le Tour de France, autrement. Un aperçu de la production de Fuego, ici.Un langage fleuri, une aventure visiblement très Rock’n Roll.

Un peu de fraîcheur et de jeunesse pour dépoussiérer ce monde du vélo de route, tout de même très ancré dans la tradition. Un ton et une aventure très différents du récit proposé sur la TITAN DESERT. Epreuve de VTT qui vous a été proposée et présentée dans les locaux de Kilomètre 0 il y a peu.

Si vous êtes mono-gamme dans votre pratique du vélo, alors Cycle ! magazine n’est peut-être pas fait pour vous. Par contre si vous prenez le Vélo comme un tout, comme univers à part entière : le vélo est un moyen de locomotion, un objet d’évasion, une affirmation de soi, un moyen de transport, un outil de découverte, un sujet de société alors offrez-vous ce magazine et étoffez votre champ de vision.

A dessein j’utilise le verbe “offrez-vous”, l’absence de publicité à un coût, 14€ le numéro. C’est relativement cher pour un magazine. Comme je viens de vous l’expliquer, Cycle ! magazine n’est pas un magazine mais un objet culturel. 14€ c’est le prix d’un livre, sans photos. Donc 14€, finalement, ça va. (c’est quand même cher). A ce prix-là, une fois que vous l’avez lu, ne le jetez pas, mettez-le dans votre bibliothèque, vous êtes un esthète.

Vous pourriez aussi ajouter ceci dans votre liste au Père Noël, un abonnement pour 1an, soit 4 numéros à Cycle! Magazine. Pour ma part, j’aime bien le trouver sur les étagères de Kilomètre 0, (à droite quand on rentre, à côté du bar… pour y boire une bière plutôt qu’un Canada dry).

Bonne route.

Jérôme, le barbu

Photo : Sophie Gateau