LOOK GRAVEL 765, what else

La pratique du vélo gravel gagne de plus en plus de terrain. Un terrain qui convient parfaitement à l’expertise LOOK dans le carbone, matériau qui offre au cadre de vélo gravel toute la souplesse nécessaire pour filtrer vibrations et chocs tout en apportant une réelle rigidité indispensable au transfert de votre énergie. Ajoutez-y des freins à disque et de larges passages de roues, vous n’avez plus de limites pour explorer de nouveaux terrains de jeux.

Notre ami Jérôme SORREL l’a testé sur la route.

Chevaucher un vélo de Gravel pour aller sur la route uniquement, c’est pêché ?

En ce samedi mi-novembre j’ai troqué mon fidèle Cannondale Synapse disc par ce beau vélo, vert et orange, proposé par Look. L’idée initiale était bien de partir sur les chemins de sous-bois du côté de Versailles. Les sols détrempés ont eu raison de mes envies. Le vélo est monté en pneus Hutchinson Overide en 30’ en tubeless et ils ne semblent pas être parfaits pour l’état des chemins détrempés. Qu’à cela ne tienne, une boucle de 90km, sur la route, sous la pluie, fera office de test. D’autant qu’un bon vélo de Gravel est annoncé comme vélo roulant, supportant très bien les longues lignes droites bitumées. Allons donc voir ce qu’il a dans le ventre.

Avant le test dynamique, petit tour d’horizon de la machine. Passons rapidement sur le choix de la couleur, parce que bon, les goûts et les couleurs, sont des préférences personnelles. Après si vous me demandez, est-ce que je trouve ce vélo beau dans sa robe « Green Mat » et ces quelques touches d’orange ? Carrément, je le trouve superbe et plutôt réussi. Quand certains (Jean-François pour le citer, ne voit qu’une couleur caca d’oie, je vois moi, un vert olive, qui rappelle les tons de notre Provence).

A propos de look du Look, j’aime bien cette tendance à la sobriété embrassée par l’entreprise Nivernaise depuis quelques années. Accompagnée, toujours de ce design particulier et reconnaissable au premier coup d’œil, ce Gravel RS ne déroge pas à la règle ; on sait que l’on a à faire à cette marque.

Je ne vais pas vous abreuver de cotes, sur le reach, le drop, le stack, l’empattement, d’abord parce que ça ne me parle absolument pas, ensuite parce que ça m’est bien égal.

Les périphériques, à noter que ce vélo est monté/livré en roues Mavic All Road disc CL Tubeless. Des roues conçues pour affronter tout type de mauvais traitement, y compris, le poids d’un pilote au-dessus du quintal. Ça tombe bien, c’est mon cas. Un dégagement généreux autorise de monter officiellement des pneus jusqu’à 40millimètres de largeur. Probablement plus officieusement.

Equipé d’un groupe Sram Force 1, mono-plateau, cassette 11×36, freins à disues hydrauliques (le haut de gamme de Sram en mécanique). Evidemment le vélo étant neuf, le dérailleur est réglé aux petits oignons, les vitesses passent avec précision et sans bruit. J’imagine qu’après quelques milliers de kilomètres ce sera toujours le cas.

Avant de passer sur les impressions en dynamique, intéressant de noter 2 points :

1. Le premier, la présence d’un autocollant UCI prouvant que ce cadre est homologué pour rouler en compétition officielle de cyclo-cross. Si jamais l’envie vous prenait.

2. Le second, la présence de vis de portage un peu partout, une douzaine au total. Pour transporter vos bidons, votre maison, vos outils comme bon vous semble. Même si, à noter qu’aucun insert n’est prévu sur les fourches. Un autre indice (après le label UCI) confirmant que l’adn du vélo est quand même tourné vers la performance plus que la longue distance, en bike-packing.

En dynamique :

Quelle machine ! La première impression qui me vient sous les premiers coups de pédales est la rigidité des haubans et du vélo en général. L’impression qu’il est inflexible. L’impression que s’il devait y avoir une lutte entre lui et mes cuisses, mes cuisses perdront. Je tue le suspens tout de suite, étant d’une nature plutôt conciliante, sous mes airs de bûcheron, j’ai préféré éviter la lutte et j’ai décidé de caresser ce Look dans le sens de la fibre carbone. Attention ne me méprenez pas, ai-je l’impression que ce vélo est tellement exigeant qu’il ne conviendra qu’aux très bons rouleurs ? Absolument pas, le vélo restitue très bien l’énergie imprimée dans le pédalier, il faut simplement ne pas se battre avec le vélo mais avoir la sensation de l’emmener sans le brusquer, il rend coup pour coup.

Le vélo testé est en taille L, quand la fiche du fabricant, annonce que le vélo est adapté pour un pilote mesurant jusqu’à 1m87, je fais 1m89. On ne va pas chipoter pour les 2cm et j’ai bien eu l’impression d’avoir un vélo un peu compact sous les fesses mais je ne me suis pas senti comme un crapaud sur une boite d’allumettes. Assez étonnamment d’ailleurs, je me suis senti tout de suite bien sur ce vélo, les commandes qui tombent intuitivement sous les mains. Même si effectivement, sur une longue ligne droite, emmenant notre petit peloton du jour, j’ai reculé mes fesses de quelques centimètres pour tenter d’enrouler du long.

Enrouler du long, ce vélo sait faire, même chaussé avec ces pneumatiques en 30mm. Il donne l’impression de ne demander qu’une chose, encore plus. Un coup d’œil sur mes statistiques sur cette sortie me le confirme, ce Gravel RS tient sans problème la comparaison avec mon Synapse, 34/35km/h sur le plat, sans de mon côté, avoir la sensation d’être à la peine.

La route était très humide, voir détrempée, faire connaissance avec un nouveau vélo dans ces conditions n’est pas idéal. Probablement bien aidé par le train de pneus, large, je n’ai jamais eu la sensation d’être en délicatesse avec les angles pris ou la direction choisie. Comme si le vélo attendait les ordres pour faire ce qu’on lui demande. Ce Look Gravel RS est finalement rassurant, d’autant que le freinage à disque est efficace, onctueux et sait être mordant si besoin.

Cette rigidité se traduit par une véritable vivacité du vélo. Quel que soit le rythme, un coup de rein supplémentaire se traduit immédiatement par une accélération, le temps de réponse est bluffant, il tient le rythme des vélos de route qui m’accompagnent. Les coups de culs s’avalent dans le rythme, le vélo étant très réactif il tient son rang sans difficulté … les bosses un peu plus longues ? Handicapé par les pneumatiques, cette configuration du look Gravel RS m’a mis à la peine. Et oui le pendant de cette rigidité est l’exigence de la machine, il faut que je vous le confesse, ce vélo m’a fait souffrir dans les quelques bosses du jour. Sa rigidité le rend exigeant quand mon quintal me plombe. Le vélo ne cède pas, jamais, sous les coups de jarrets. Sans abdiquer, il faut savoir se montrer humble et accepter de monter non pas au train mais à son train-train.

Bilan :

Pour ce qui est de ces aptitudes à rouler, le vélo coche la case sans souci. Comme tout gravel digne de cette appellation, le vélo est aussi confortable, aucun mal de dos ou genoux ou fourmis dans les bras ni pendant ni après la sortie et ce même avec un réglage, à l’œil. Chaussé en pneus route, le bilan aurait peut-être été différent. Je n’ai pas eu le loisir de tester toute la palette de développement proposée, aucun raidard sur la route. Je serais évidemment bien heureux de pouvoir tester ce vélo sur son terrain de prédilection, les chemins, les sous-bois car s’il est aussi bon sur la route que sur la terre, peut-être tenons là un bon vélo à tout faire. Notez que Guillaume, le boss du Kilomètre 0 a emmené ce vélo sur une sortie

Compiègne/Roubaix, en passant par la trouée d’Arenberg. Il a loué le confort du vélo et trouvé avec ce Look Gravel RS un rapport confort/performance rarement égalé.

Pour répondre à la question initiale, partir sur la route exclusivement, avec ce Look 765Rs Gravel, ce n’est pas un pêché, c’est juste dommage !

Pour de plus amples renseignements sur la géométrie du vélo, sur « en quoi un reach de 385 (en taille L) sur ce vélo fait la différence avec un reach de 396 sur le 795 Blade RS disc de la même marque ? » alors je vous invite à vous rendre chez Kilomètre 0. Eux, ils savent, ils sont experts. Ils sauront aussi vous dire si ce vélo est assorti à vos yeux. Des experts je vous dis.

Laissez-nous un commentaire.

Votre email ne sera pas publié.